Polluants dans le métro : le cas Châtelet

La Régie autonome des transports parisiens (RATP) mesure elle-même en permanence la qualité de l’air de la station (ainsi qu’à Auber et Franklin-Roosevelt) et met ces données en libre accès depuis 2013.

Source : Libération (lien)

Cette entrée a été publiée dans Air. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.