Catastrophes naturelles : de nouveaux critères d’appréciation du risque sécheresse

La reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle va-t-elle devenir plus difficile à l’avenir pour le risque de mouvements de terrain différentiels résultant d’un épisode de sécheresse-réhydratation des sols ? Par une circulaire adressée, le 10 mai 2019, aux préfets de département, le directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur fixe de nouveaux critères pour caractériser ce risque dont la fréquence a augmenté ces dernières années.

Source : Actu environnement (lien)

Cette entrée a été publiée dans Mouvement de terrain. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.