L’évaluation des risques des substances chimiques doit évoluer, selon l’Opecst

Le scandale des « Monsanto papers » ainsi que le renouvellement du glyphosate pour cinq ans ont récemment contribué à alimenter la défiance des citoyens envers le processus d’évaluation des risques. Ceci a conduit l’Assemblée nationale à saisir l’Opecst en octobre 2017. Au-delà de la question des pesticides, l’objectif du groupe de travail était de déterminer si l’évaluation des risques permet de prendre les bonnes mesures – interdiction, restriction d’usage ou encadrement réglementaire – lors de la mise sur le marché d’une nouvelle technique ou produit.

Source : Actu environnement (lien)

Cette entrée a été publiée dans Santé-Environnement. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.