Risque tsunami : le circuit de l’alerte toujours pas sur la bonne longueur d’onde

L’instauration d’un centre d’alerte aux tsunamis en Méditerranée, opérationnel depuis 2012, est apparue comme la suite logique du rapport établi par le sénateur Roland Courteau pour l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) en 2007. Mais à l’heure du bilan, l’architecture du cheminement de l’alerte dans sa phase descendante, vers les autorités de protection civile locales, apparaît largement perfectible.

Source : Banque des territoires (lien)

Cette entrée a été publiée dans Submersion marine. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.