L’air du métro parisien souffre d’une pollution aux particules fines particulièrement importante

Airparif l’organisme chargé de mesurer la qualité de l’air en Ile-de-France recense deux types de particules fines distinctes relevées dans le métro : « Les PM10 sont inférieures à dix micromètres, soit la taille d’une bactérie. Les PM2,5 sont encore plus petites, l’équivalent en taille d’un virus ».

Source : Enviro2B (lien)

Cette entrée a été publiée dans Santé-Environnement. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.