AZF : l’usine retrouve son entrée et ses anciennes machines

Il y aura bien à Toulouse une trace préservée de l’usine chimique AZF, ex-ONIA, détruite lors de l’explosion du 21 septembre 2001. Sur l’immense site de près d’une centaine d’hectares, seuls avaient surgi, au sud, les bâtiments de l’Oncopole. Au nord, alors que subsiste toujours le cratère, le mémorial et les stèles commémoratives semblaient perdus au milieu d’un terrain vague.

Source : La dépêche (lien)

Cette entrée a été publiée dans Risque industriel. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.