Le mont Fuji est sous pression depuis le séisme géant de 2011

Pour la première fois, une équipe franco-japonaise montre l’impact d’un séisme sur un volcan. Les géologues ont exploité une méthode récemment mise au point qui consiste à utiliser les signaux sismiques de faible amplitude générés par les mouvements de l’océan. Elle devrait permettre d’améliorer l’estimation du risque d’éruptions volcaniques majeures à travers le monde.

Source : Futura sciences (lien)

Cette entrée a été publiée dans Risque naturel. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.