Les polluants chimiques détruisent le génome des poissons

On soupçonnait les effets délétères de substances présentes dans nos rivières, fleuves, lacs et étangs tels que les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP, issus de la combustion du pétrole, du charbon et du bois), les résidus de médicaments ou encore les pesticides. Mais ils n’avaient jamais été mis en évidence chez les poissons et surtout les mécanismes d’action étaient inconnus.

Source : Science & Avenir (lien)

Cette entrée a été publiée dans Santé-Environnement. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.