La pollution entraînerait une mortalité accrue après un accident cardiaque

Réalisée sur 154 204 patients britanniques hospitalisés après un accident ou malaise cardiaque entre 2004 et 2007, l’étude a montré que le taux de mortalité augmentait en même temps qu’une exposition accrue aux particules fines PM 2,5 – des particules respirables ayant un diamètre de 2,5 micromètres ou moins, soit trente fois moins qu’un cheveu.

Source : Le Monde (lien)

Cette entrée a été publiée dans Santé-Environnement. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.